Fichiers XML des documents budgétaires des collectivités

Wiki : https://wiki.ouvre-boite.org/index.php?title=Budget_des_collectivités
Trello : https://trello.com/c/zWZtGV0y/25-comptes-des-collectivités-territoriales

Brouillon de demande :

A l’attention de Monsieur Eric TISON, PRADA du ministère de l’intérieur

Monsieur,

Dans le cadre du contrôle des documents budgétaires émis par les collectivités, les préfectures sont destinataires de fichiers XML réalisés avec l’application TotEM. Ces fichiers contiennent les données relatives aux documents budgétaires suivants : comptes administratifs, budgets primitifs, budgets supplémentaires et décisions modificatives.

Nous vous prions de bien vouloir publier en ligne ces fichiers, depuis la mise en place progressive du projet Actes budgétaires en 2011, pour toutes les collectivités et les établissements publics concernés par le dispositif.

Certains de ces documents contiennent des noms de personnes physiques, que vous devrez occulter dans la mesure où leur divulgation porterait atteinte à la protection de la vie privée. Un outil libre vous permet d’ores et déjà de procéder à ce traitement d’usage courant : https://dtc-innovation.github.io/anonymisation-document-budgetaire/

Compte tenu du volume important de documents à publier, nous vous proposons de procéder à cette publication en plusieurs temps :

  • Dans un premier temps, les fichiers des comptes administratifs de l’exercice 2017 pour les régions, les départements, les métropoles (dont Paris, Lyon et Aix-Marseilles) et les 10 plus grandes communes françaises (Paris, Marseille, Lyon, Toulouse, Nice, Nantes, Strasbourg, Montpellier, Bordeaux, Lille).
  • Dans un deuxième temps, les fichiers pour ces mêmes collectivités territoriales, pour toutes les années et tous les types de documents (comptes administratifs, budgets primitifs, budgets supplémentaires et décisions modificatives).
  • Dans un dernier temps, tous les autres fichiers demandés.

Nous vous remercions de bien vouloir nous indiquer un calendrier pour ces trois temps.

En vous remerciant par avance,

Association Ouvre-boîte
RNA…

C’est envoyé ! (cf trello)

Le cabinet du ministre de l’intérieur accuse réception et transmet à la DGCL.

accuse_reception_cabinet_interieur.pdf (186,5 Ko)

Je propose ce brouillon de recours devant le TA :

A Paris, le 7 janvier 2020

Objet : dépôt d’une requête sur la communication des données budgétaires des collectivités et eds établissements publics

Madame, Monsieur,

Je vous formule la présente requête suite au refus du ministère de l’intérieur à notre demande de communication de documents budgétaires des collectivités et des établissements publics.

L’association à intérêt à agir par son objet (pièce 3). L’article 9 des statuts de l’association (pièce 3) donne pouvoir au conseil d’administration pour me mandater à cette fin (pièce 4).

1Faits

Présentation de l’association requérante

L’association Ouvre-boîte, RNA W751238177, dont le siège social est sis 23 rue Greneta, 75002 Paris, est une association dont l’objet est d’obtenir l’accès et la publication effective des documents administratifs, et plus particulièrement des données, bases de données et codes sources, conformément aux textes en vigueur.

L’association œuvre dans cette optique depuis plusieurs années, afin de permettre aux citoyens et contribuables français d’obtenir l’accès à des données et documents auxquels ils sont autorisés à accéder, voire, dans certains cas, qui devraient être communiqués d’office par l’administration, mais qui ne l’ont pas été. Ouvre-boîte s’inscrit ainsi dans le mouvement continu de la transparence administrative et de sa concrétisation moderne avec les données ouvertes, ou « open data ».

La notion de transparence administrative s’ancre profondément dans la construction démocratique française, la Révolution française ayant notamment comme racines le défaut d’État de droit et de redevabilité de l’administration.1 Elle est ainsi proclamée par l’article 15 de la Déclaration des droits de 1789, qui dispose que « ​ la société a le droit de demander compte à tout agent public de son administration ». Ce principe a été suivi à la fin du XIXe siècle par plusieurs lois qui prévoyaient des mesures de publicité, notamment par affichage, pour des décisions administratives. La revendication d’un droit d’accès des citoyens aux documents administratifs remonte aux années 1960 avec trois arguments avancés : le public, mieux éduqué a « ​ le droit de savoir » ; l’administration, critiquée pour son goût du secret, a intérêt à améliorer son image en ouvrant ses dossiers ; l’accès à l’information détenue par l’administration est un moyen de faire adhérer l’opinion aux projets collectifs. Saisie d’un projet de loi qui tendait à améliorer les relations entre l’administration et le public, l’Assemblée Nationale transforma le texte qui devint le titre Ier de la loi du 17 juillet 1978 intitulé « ​ de la liberté d’accès aux documents administratifs ​ ». Cette ouverture est contemporaine d’une consécration généralisée de ce que le Conseil d’État nomme le « droit de savoir », dont les deux autres piliers sont le droit d’accès aux archives publiques et à ses données personnelles.2

L’action de l’association Ouvre-boîte s’inscrit ainsi pleinement dans ce contexte d’ouverture. C’est ainsi que l’association a obtenu la libération de plusieurs jeux de données d’utilité publique, désormais librement accessibles par tout citoyen3, ce dont la presse s’était fait l’écho.4 5 L’association œuvre ainsi à ce que les droits d’accès et de libre réutilisation soient mieux connus de ceux qui pourraient en bénéficier : l’objectif de l’association Ouvre-boîte est de faciliter l’application de ces droits.

Pour ce faire, Ouvre-boîte vulgarise les moyens à disposition de tous : demande gracieuse, recours gracieux, saisine de la CADA, saisine de l’AGD, recours contentieux… Ouvre-boîte est également une communauté d’entraide et de partage d’expertise sur la libération des documents administratifs. Qu’ils soient citoyens, associations, entreprises ou administrations, Ouvre-boîte apporte une aide à tous ceux qui souhaitent disposer d’un accès à un document détenu par une administration. Mais Ouvre-boîte cherche aussi à trouver des solutions aux obstacles rencontrés par les administrations quand elles souhaitent publier leurs documents. Ouvre-boîte précise le cadre juridique auquel sont astreints les fonctionnaires, qui n’ont pas toujours une vision claire de ce qu’ils peuvent ou ne peuvent pas libérer. Ouvre-boîte propose une expertise technique pour la libération de données ou de codes sources, lorsqu’un audit ou une extraction complexe est nécessaire. Enfin, Ouvre-boîte cherche à valoriser l’action des administrations qui s’engagent dans l’ouverture de leurs documents et leur donne les moyens de communiquer au mieux sur leurs efforts de transparence

Détails de la procédure

Le 10 octobre 2018, la requérante a demandé au ministère de l’intérieur la communication par voie de publication en ligne, des fichiers XML réalisés avec l’application TotEM contenant des données budgétaires des collectivités et établissements publics (pièce 1).

Le ministère des finances a accusé réception de la demande le 4 décembre 2018 par courrier mais n’a pas répondu depuis. Au terme du délai d’un mois fixé par l’article R311-13 du Code des relations entre le public et l’administration (CRPA), le ministère a ainsi produit un premier refus implicite.

L’association a saisi la commission d’accès aux documents administratifs (abrégée en CADA par la suite) le 19 novembre 2018 (pièce 2). La CADA a attribué le numéro 2018538 à la saisine mais, plus d’un an après la date de la saisine, n’a toujours rendu pas rendu d’avis à ce jour.

Au terme du délai de deux mois fixé par l’article R343-5 du CRPA, le ministère a produit un deuxième refus implicite. Ce refus est l’objet du présent recours.

2Discussion

Sur le refus de publication

Aux termes de l’article L311-1, les administrations sont tenues de communiquer les documents administratifs qu’elles détiennent aux personnes qui en font la demande. Cette publication peut se faire au choix du demandeur par voie de publication en ligne, comme le prévoit l’article L311-9 du CRPA.

Au surplus, les documents demandés rentrent dans les catégories d’informations que les administrations doivent mettre à disposition du public définies aux alinéas 3 et 4 de l’article L312-1-1 : « 3° Les bases de données, mises à jour de façon régulière, qu’elles produisent ou qu’elles reçoivent et qui ne font pas l’objet d’une diffusion publique par ailleurs ; 4° Les données, mises à jour de façon régulière, dont la publication présente un intérêt économique, social, sanitaire ou environnemental. »

Le ministère a donc excédé son pouvoir en refusant la demande de communication.

Sur l’article L761-1 du code de justice administrative

L’association estime à 400 euros ses frais afférents au présent recours, correspondant à 4 heures de travail facturées au taux horaire de 100 euros : 3 heures pour l’étude du dossier, 1 heure pour la rédaction du mémoire.

3Conclusions

Par ces motifs, et tous autres à produire, déduire, suppléer, au besoin même d’office, l’association requérante conclut à ce qu’il plaise au tribunal administratif de :

enjoindre le ministère de l’intérieur à publier les documents demandés, dans un délai de deux mois ;

soumettre le ministère de l’intérieur à une astreinte de 2000 euros par jour de retard pris dans la publication de ces informations ;

prendre toute autre mesure d’exécution qu’il jugerait nécessaire,

mettre à la charge de l’État la somme de 400 euros sur le fondement de l’article L761-1 du code de justice administrative.

4Liste des pièces justificatives

Pièce 1 : Demande du 10 octobre 2018

Pièce 2 : Saisine de la CADA du 19 novembre 2018

Pièce 3 : Statuts de l’association Ouvre-boîte

Pièce 4 : Mandat

1Elle est d’ailleurs décrite par la CADA comme « l’une des pierres angulaires de toute société démocratique » - https://www.cada.fr/lacada/la-liberte-dacces-en-europe-et-dans-le-monde.

2Pour une harmonisation des textes en matière de données publiques, rapport du Conseil d’État, 19 mars 2009.

3Listés ici : https://ouvre-boite.org/ils-ont-ouvert.html

4Sous pression, Bercy ouvre les codes sources des modèles Mésange, Opale et Saphir, par Xavier Berne pour NextINpact, https://www.nextinpact.com/news/107001-sous-pression-bercy-ouvre-codes-sources-modeles-mesange-opale-et-saphir.htm

5Documents administratifs : « nous demandons l’application du droit, tout simplement… », par Bruno Texier pour Archimag, https://www.archimag.com/archives-patrimoine/2019/02/06/données-publiques-nous-demandons-application-droit-tout-simplement

J’ai envoyé le recours au TA.

On a aussi sans doute intérêt à demander à une préfecture la publication de ces fichiers, dans le cas où le ministère argue que les préfectures ne les transmettent pas.

Je propose cette demande, à envoyer sur http://www.eure.gouv.fr/Contactez-nous/Par-service :

A l’attention de Monsieur Thierry COUDERT, préfet de l’Eure

Monsieur,

Dans le cadre du contrôle des documents budgétaires émis par les collectivités, les préfectures sont destinataires de fichiers XML réalisés avec l’application TotEM. Ces fichiers contiennent les données relatives aux documents budgétaires suivants : comptes administratifs, budgets primitifs, budgets supplémentaires et décisions modificatives.

Nous vous prions de bien vouloir publier en ligne ces fichiers, depuis la mise en place progressive du projet Actes budgétaires en 2011, pour toutes les collectivités et les établissements publics concernés par le dispositif dans le département de l’Eure.

Certains de ces documents contiennent des noms de personnes physiques, que vous devrez occulter dans la mesure où leur divulgation porterait atteinte à la protection de la vie privée. Un outil libre vous permet d’ores et déjà de procéder à ce traitement d’usage courant : https://dtc-innovation.github.io/anonymisation-document-budgetaire/

En vous remerciant par avance,

Association Ouvre-boîte
RNA W751238177
23 rue Greneta, 75002 Paris
https://ouvre-boite.org

La DGCL est maintenant ratachée au ministère des territoires. Je propose de refaire aussi une demande adressée à la DGCL, envoyée via les téléservices des ministères de l’intérieur et des territoires. Cette demande pourra faire l’objet d’un mémoire complémentaire dans 3 mois.