Code SQL complet de Parcoursup

Trello

Le fragment publié du cœur algorithmique du code source de Parcoursup, essentiellement rédigé en Java, n’est que la partie émergée de l’iceberg. Sans même évoquer l’ensemble des algorithmes locaux (la partie la plus intéressante sans doute pour le futur), la plateforme centrale sembler reposer sur une montagne de code SQL, d’après un rapport de la cour des comptes.

Je propose d’envoyer la demande suivante au Ministère de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation :

Madame, Monsieur,

Dans son rapport de février 2020, intitulé « Un premier bilan de l’accès à l’enseignement supérieur dans le cadre de la loi orientation et réussite des étudiants », la Cour des Comptes pointe qu’à ce jour, « une très faible partie du code de Parcoursup a été rendue public ». Elle indique ainsi que 2690 fichiers SQL (pour un total de 858 493 lignes) et 21 fichiers Java (pour un total de 2 911 lignes) sont encore fermés.

Les codes sources étant des documents administratifs au sens de l’article L300-2 du Code des Relations entre le Public et l’Administration (CRPA), nous vous demandons, au titre du L311-1 du même code, de nous communiquer par voie de publication en ligne, les fichiers de code source sus-mentionnés, ainsi que leurs mises-à-jour futures.

Nous vous rappelons qu’au titre du L311-7 du CRPA, il vous appartient, le cas échéant, d’occulter ou de disjoindre de ces documents les éléments qui porteraient atteinte :

  • à la sécurité des systèmes d’information (L311-5, 2°d), par exemple les 11 vulnérabilités identifiées par l’audit de sécurité réalisé par Orange Cyberdéfense en novembre 2018 et qui n’auraient pas encore été corrigées à ce jour,
  • ou à la vie privée (L311-6, 1°), par exemple les données personnelles des candidats.

Nous vous prions de nous indiquer, pour chaque fichier occulté, le nombre de lignes de code source occultées et la nature du secret empêchant leur communication.

Cordialement,
Association Ouvre-boîte

Demande envoyée le 29 juin 2020 via https://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/pid24747/nous-contacter.html#Ministre

Brouillon de demande CADA

Monsieur le Président,

J’ai l’honneur de saisir votre Commission d’une demande d’avis sur le refus (implicite) opposé par le Ministère de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation à notre demande de communication par voie de publication en ligne du code source complet de Parcoursup.

Vous trouverez plus bas une copie de notre demande envoyée le 29 juin 2020 au MESRI via le téléservice https://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/pid24747/nous-contacter.html#Ministre et pour laquelle nous n’avons pas reçu de réponse.

Dans l’attente de l’avis de votre Commission, je vous prie de croire, Monsieur le Président, à l’assurance de ma considération distinguée.

XXXX
pour l’association Ouvre-boîte
23 rue Greneta
75002 Paris
RNA W751238177
https://ouvre-boite.org


Demande envoyée le 29 juin 2020 via le téléservice https://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/pid24747/nous-contacter.html#Ministre

Dans son rapport de février 2020, intitulé « Un premier bilan de l’accès à l’enseignement supérieur dans le cadre de la loi orientation et réussite des étudiants », la Cour des Comptes pointe qu’à ce jour, « une très faible partie du code de Parcoursup a été rendue public ». Elle indique ainsi que 2690 fichiers SQL (pour un total de 858 493 lignes) et 21 fichiers Java (pour un total de 2 911 lignes) sont encore fermés.

Les codes sources étant des documents administratifs au sens de l’article L300-2 du Code des Relations entre le Public et l’Administration (CRPA), nous vous demandons, au titre du L311-1 du même code, de nous communiquer par voie de publication en ligne, les fichiers de code source sus-mentionnés, ainsi que leurs mises-à-jour futures.

Nous vous rappelons qu’au titre du L311-7 du CRPA, il vous appartient, le cas échéant, d’occulter ou de disjoindre de ces documents les éléments qui porteraient atteinte :

  • à la sécurité des systèmes d’information (L311-5, 2°d), par exemple les 11 vulnérabilités identifiées par l’audit de sécurité réalisé par Orange Cyberdéfense en novembre 2018 et qui n’auraient pas encore été corrigées à ce jour,
  • ou à la vie privée (L311-6, 1°), par exemple les données personnelles des candidats.

Nous vous prions de nous indiquer, pour chaque fichier occulté, le nombre de lignes de code source occultées et la nature du secret empêchant leur communication.

1 J'aime